Comme un Big Bang

unique-quick-prixdeselection

Il y a des histoires que l’on voudrait oublier, des scénarios que l’on voudrait réécrire. Se souvenir que la vengeance des Quick finit toujours par mettre un terme à cette malchance ne suffit pas. Aujourd’hui, c’est une déception unique… Car des courses, nous en avons perdues. De nombreuses fois et à de nombreuses reprises j’ai entendu de mes oreilles attentives : « Oh, allez, c’est les courses », « Ça sera pour la prochaine ». Cette fois, pour le Prix de Sélection édition 2013, la consolation est bien maigre.

C’était un si beau challenge que nous voulions offrir à cet Unique Quick. Gagner 2 années de suite le Prix de Sélection et montrer à tous ceux qui ne le croyaient pas qu’il pouvait rendre 50 mètres aux meilleurs « V ». Certains pensaient que c’était un peu fou, mais nous on y croyait. Il suffisait d’une bonne étoile…

Et des étoiles, nous en avons eu plein les yeux. Comme déroulement, nous ne pouvions pas rêver mieux. Un départ au pas permit à Unique Quick de recoller au peloton à la sortie du premier tournant. En plaine, il prit la tête et les palpitations commencèrent à ralentir. Comme une évidence. Des étoiles dans les yeux jaillissent, comme à l’heure d’une arrivée que l’on sent prometteuse…

Rien ne peut lui arriver. Il va facile, en tête, à la place qu’il préfère, il domine, s’apprête à épater l’assemblée, amuser la galerie, j’imagine déjà les gros titres et mon père, l’homme au chapeau, fier de son choix de courir dans le Sélection et ému par la performance de son Unique et préféré.

Alors que mes yeux étaient déjà remplis d’étoiles, c’est le coeur qui se crispe au son du Big Bang. L’incartade et tout s’écroule. « La cabane est tombée sur le chien » ne me fait plus autant rire. La joie prête à exploser se transforme en douleur silencieuse. Cette frustration n’a jamais eu d’égal en 14 ans de courses que j’ai pu vivre auprès de mon père, l’homme au chapeau, qui ne doit rien regretter de son choix, et bien que très ému : tu dois rester fier.

À trop vouloir en faire, on fait moins bien qu’hier.
Unique n’avait pas besoin d’œillères, il voit déjà très bien.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>